Déterrons les mo(r)ts

Un petit article de blog de février 2010 retrouvé sur le net.

Petit extrait final :

Le président du Conseil général de Saône-et-Loire a, pour l’ensemble des raisons qu’il a exposées devant le Conseil d’administration présidé par Jean Francois Roverato, voté contre le contrat proposé au vote par l’État et APRR, en raison de ce qu’il fait porter l’ensemble des efforts sur les usagers et insuffisamment sur les actionnaires. Par ailleurs, devant le conseil d’administration du 28 janvier, il s’est prononcé en faveur d’une re-nationalisation des sociétés autoroutières.

Allez Monsieur Montebourg, vous êtes aux commandes maintenant 😉 !

 

Le foisonnement, c’est quoi?

Cette pratique tarifaire a été dénoncée en 2008 par la cour des comptes :

Les pratiques de maximisation des recettes
1 – Les mécanismes mis en oeuvre par les sociétés
Les sociétés, à des degrés divers, font porter les principales hausses sur les trajets les plus fréquentés, si bien que les recettes effectives tirées des péages croissent plus rapidement que les hausses accordées et sont supérieures, au kilomètre parcouru, aux tarifs moyens affichés.

En clair : l’État impose un pourcentage d’augmentation moyen, les concessionnaires répartissent ces augmentations en majorant fortement les trajets les plus fréquentés et en augmentant peu (ou pas) les trajets les moins fréquentés, ce qui donne (toujours selon la cour des comptes en 2008) :

Ainsi, sur le réseau Sanef, le prix du parcours Roissy-Lille, sur l’autoroute A1, a augmenté de 4 % par an de 2003 à 2006 contre 1,9 % par an pour l’ensemble du réseau de ce concessionnaire. A l’inverse, les tarifs sur les trajets Senlis-Péronne et Senlis-Albert, inclus dans ce parcours, n’ont pas
varié. Autrement dit, la hausse a porté en priorité sur les flux principaux.

Nous retrouvons maintenant ces écarts tarifaires sur ces tronçons : si vous faites un Paris (Roissy) – Lille, en sortant à Senlis, puis Albert, vous économiserez 25% du prix du trajet.

A la suite de ce rapport, des correctifs ont été apportés sur les contrats de concession et les sociétés concessionnaires sont censées ne plus faire de foisonnement tarifaire… Oui mais le trou est là et ils n’ont pas l’intention de le reboucher …

Le fractionnement, est-ce rentable ?

J’ai parfois des messages me disant que pour le peu d’économie et le temps perdu, il n’y avait pas vraiment d’intérêt à utiliser mon site.

Une perte de temps
le fait de quitter l’autoroute, de payer, de faire demi-tour, de reprendre un ticket et de relancer sur le long bitume noir nous fait obligatoirement perdre du temps. Par expérience, il faut compter entre 3 et 4 minutes par paiement intermédiaire (validé par France 2 sur un reportage du 20h 😉 ). Vous qui vous élancez sur l’autoroute pour gagner du temps, êtes vous prêt à en perdre un peu …

Pour un gain d’argent …
Y a t’il réellement gain d’argent ? Je freine (donc j’use mes plaquettes), j’ouvre ma vitre (donc j’use mon moteur de lève-vitre), je fais environ 1km à 1,5 km de plus et en plus je dois réaccélérer pour repartir à 130km/h … Tout ça me fais dire qu’il vaut mieux continuer tout droit. Fini les pauses pipi sur l’autoroute, le coup est trop élevé ! D’ailleurs je vais aussi regarder pour optimiser mon parcours sur nationale pour prendre la route avec le moins de rond-points, stop et feux tricolores possible!

Plus sérieusement, mon site vous donnera les coûts les moins élevés sans faire de tri ou de distinction. A vous de voir s’il vous parait logique de sortir pour gagner 10 centimes. Personnellement, à moins de 1 euro la sortie je continue ma route sauf si c’est un trajet très régulier.

Il y a un bon moyen aussi d’amortir son paiement : en profiter pour faire une pause (il y a même des toilettes à proximité de la plupart des gares de péage), ou aller faire le plein ou ses courses au village d’à côté. Si vous gagnez 1 euros en sortant, allez le réinvestir avec un vrai café dans le bar du coin …

Ou pour un acte militant …
la grande majorité d’entre nous qui utilisons mon site ne sommes pas à 1, 3 ou 10 euros près pour finir notre mois. Nous avons une voiture, internet et utilisons l’autoroute pour partir en vacances ou en week-end.

Non, fractionner n’est pas un moyen de subsister mais plutôt de critiquer ce système tarifaire aberrant. Lorsque je vois en grande surface des lots de 2 produits qui reviennent plus cher que les 2 produits à l’unité, je prends les produits à l’unité. Pour l’autoroute, c’est identique !

A vous de vous forger une opinion, je vous remets un outil pour comparer les tarifs d’autoroute, à vous de voir ce que vous souhaitez en faire.

Franck